Plan pauvreté :

 

Alors que les prestations sociales ont permis de contenir la progression de la pauvreté en dépit de la profonde crise économique et financière de la dernière décennie, le retour de la croissance doit être l’occasion de renforcer l’efficacité des politiques d’accompagnement, notamment vers l’emploi. Emmanuel Macron a présenté le 13 septembre la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté. L’objectif de ce plan qui sera porté par l’ensemble de la majorité, est de bâtir pour le 21ème siècle un Etat providence de la dignité et de l’émancipation.

En effet, en dépit des efforts des politiques publiques, la pauvreté reste un marqueur de notre société. L’ascenseur social, si souvent mis en avant est bel et bien en panne aujourd’hui. C’est à nous, Etat, collectivités, associations, entreprises et citoyens d’apporter notre pierre pour que demain, cet ascenseur puisse à nouveau porter la méritocratie comme symbole de notre République. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce plan comporte deux dimensions avec des ambitions fortes : l’éducation et la formation d’une part, l’accompagnement et l’émancipation sociale par l’emploi d’autre part. Si l’augmentation des dépenses sociales n’a pas suffi à faire reculer la pauvreté dans notre pays (8millions de pauvres aujourd’hui), si la France est un pays marqué par la reproduction de la pauvreté avec une forte vulnérabilité chez les jeunes (une différence de 1000 mots à 6ans pour les enfants des familles favorisées et défavorisées), il est temps de changer de paradigme des politiques pour ceux qui ont moins.

Des mesures phares ont été annoncées et saluées par les associations.  En plus du dédoublement des classes CP - CE1 en Rep+ et Rep, un plan de formation et un nouveau référentiel sont mis en place pour 600 000 professionnels de la petite enfance pour favoriser l’apprentissage du langage, un plan de développement des modes d’accueil de la petite enfance pour les territoires fragiles, un renforcement de la transparence pour l’attribution des places en crèche également. Pour garantir au quotidien les droits fondamentaux des enfants, des petits déjeuners offerts à tous les enfants dans les territoires fragiles, des tarifs de cantines plus accessibles ou le renforcement de la prévention des expulsions dans le cadre du plan logement d’abord. Le parcours de formation sera désormais garanti pour tous les jeunes jusqu’à 18ans, 100 millions d’euros seront consacrés à des solutions d’accompagnement vers l’emploi de tous les jeunes en complément d’une extension de la Garantie jeunes. C’est enfin un investissement fort vers l’accompagnement de tous vers l’emploi, avec la création d’une garantie d’activités. C’est en tout 8.5 Milliards pour une réforme ambitieuse avec 21 mesures fortes pour faire plus pour ceux qui ont moins.